Protocole http : les codes et leur signification

Les codes http, aussi appelés codes statut ou codes d’état, apportent une réponse à une requête effectuée sur un navigateur par un internaute. Ces codes fournissent une information sur le statut d’une URL par exemple, d’un site internet ou d’une requête. Vous connaissez très certainement le message d’erreur 404. Il s’agit bien d’un code http.

Ils sont classés en cinq catégories : chacune indique un type de statut différent et impacte d’une manière ou d’une autre le référencement de votre plateforme, ainsi que le comportement des visiteurs. Les comprendre vous permettra d’améliorer la maintenance et la gestion de votre site.

Comment fonctionne le protocole http ?

Pour accéder à un site ou une page web quelle qu’elle soit, il est nécessaire de disposer de son URL, c’est-à-dire de son adresse. Celle-ci sera entrée dans la barre de recherche du navigateur, qui envoie alors un signal au serveur hébergeant la plateforme.

Ce signal, composé de diverses informations, ainsi que la réponse du serveur sont transmis grâce au protocole http. Celui-ci est alors en mesure d’indiquer l’état du site, ainsi que le traitement de la requête émise par le navigateur.

Par exemple, si un problème survient lors de la connexion au site ou à une page en particulier, un code http sera affiché à l’utilisateur. En revanche, lorsque l’opération est effectuée avec succès, aucun message n’apparaîtra aux yeux de l’internaute.

Nous évoquions précédemment le code 404 : il informe l’internaute, via une page dédiée générée automatiquement, de l’impossibilité d’accéder à une URL en particulier. Voilà pourquoi le code http est également appelé le code d’état.

Les divers codes et leur signification

La signification des divers codes http repose en réalité sur l’état d’un site web ou d’une page. Aussi, on retrouve 5 catégories différentes, pour 5 types d’états.

Les codes 100

Les codes 100 informent le client (c’est-à-dire au navigateur et à fortiori, à l’internaute) que la requête est actuellement en cours de traitement. Dans ce cas, aucun message ne sera affiché dans le navigateur.

Les codes 200

Cette catégorie indique au client que sa requête a abouti. Aussi, la navigation pourra être entreprise sans aucun problème. L’internaute n’est alors pas en mesure de voir le code http, puisqu’il n’a accès qu’au contenu de l’URL qui l’intéresse. Le code 200 OK indique donc au navigateur que les informations ont été traitées correctement par le serveur.

Les codes 300

Dans ce cas précis, la requête a été prise en compte par le serveur mais ne peut pas aboutir, sans l’action du client. Aussi, une procédure complémentaire doit être engagée, pour profiter du contenu de la page. Ces codes http sont principalement utilisés pour les redirections.

  • Le code 301 : dans ce cas, le navigateur doit rediriger l’internaute vers une autre page. Le webmaster a créé une redirection, pour envoyer le visiteur d’une page internet à une autre. Néanmoins, cela ne signifie pas que le contenu sera identique. L’internaute ne pourra pas voir de message de redirection, simplement la page de destination. Il s’agit ici d’un changement d’adresse définitif. Aussi, le code 301 peut être employé lorsqu’un site internet a changé de nom de domaine, par exemple.
  • Le code 302 : si le code précédemment mentionné concerne les changements d’adresse définitifs, celui-ci est utilisé pour les changements temporaires. Aussi, l’URL ancienne reste toujours valable, mais ne pourra être consultée pour le moment, tant que le webmaster ne lève pas la redirection. Encore une fois, l’internaute ne constatera pas ce message. Il se rendra automatiquement, grâce à son navigateur, sur la page de redirection concernée.

Les codes 400

Ces codes http concernent une erreur de la part du client. La requête a été convenablement réceptionnée, toutefois celle-ci ne peut être traitée. Vous connaissez très certainement le code 404, qui est généré lorsque l’URL demandée n’est pas correctement rédigée. Nous verrons également qu’une autre interprétation est possible.

  • Le code 403 interdit : ici, le client n’est pas en mesure d’accéder à l’URL de son choix, car son accès nécessite une authentification, une autorisation mise en place par le webmaster.
  • Le code 404 non trouvé : s’il est possible que l’URL ait été mal rédigée, l’erreur 404 concerne également les problèmes de liens morts ou brisés. L’adresse demandée n’existe plus. Dans ce cas, le visiteur est dirigé vers une page d’erreur 404 générée automatiquement, ou personnalisée par le webmaster. Celui-ci est alors en mesure de lui proposer une solution, par exemple le retour sur la page d’accueil du site ou vers un contenu similaire à celui qui n’existe plus.

Les codes 500

Dans ce cas, c’est le serveur qui est défaillant. Celui-ci n’a pas été en mesure de traiter la requête envoyée par le client.

  • Le code 500 erreur interne du serveur : cette erreur, de nature inattendue, indique que le problème est interne. Aussi, l’administrateur devra en prendre connaissance et réaliser les travaux de maintenance appropriés.
  • Le code 503 service indisponible : ce message apparaît lorsqu’un serveur n’est plus en mesure de répondre à la requête du client. C’est le cas, lorsqu’un site reçoit trop de visites et ne possède pas les capacités de toutes les traiter. Toutefois, il s’agit d’un dysfonctionnement qui sera pris en compte très rapidement par l’administrateur.

Impact et gestion des codes http sur un site internet

Bien sûr, l’apparition d’un code http aura des répercussions plus ou moins graves sur le comportement des internautes, mais aussi sur celui des moteurs de recherche.

Ainsi, n’importe quel webmaster se doit d’effectuer une veille constante, afin de détecter les liens morts par exemple ou les faiblesses du serveur et éviter les messages d’erreur.

L’impact sur les visiteurs

Un code http 404 est particulièrement frustrant pour l’internaute, qui aura tendance à fuir le site en question et à ne plus lui accorder sa confiance. Il est alors possible de connaître une baisse significative du trafic (un critère qui a toute son importance dans votre référencement).

Cela s’avère particulièrement grave pour les sites e-commerce, ainsi que pour les prestataires de services en ligne, dont l’activité repose exclusivement sur leur plateforme internet. Comme nous l’avons mentionné, un travail de veille et de maintenance est absolument indispensable, afin de proposer un site fonctionnel.

L’impact sur les moteurs de recherche

Pour détecter ces codes http, les moteurs utilisent des robots d’indexation, capables d’analyser les diverses pages d’un site. Aussi, plus les messages d’erreur et les codes http se multiplient sur une plateforme, plus les moteurs de recherche les interprètent comme un manque de maintenance. Votre classement dans les pages de recherche risque donc de chuter.

Comment gérer au mieux les codes http ?

Si tous les codes http ne peuvent être pris en charge, d’autres sont assez aisés à gérer. C’est le cas, par exemple, du code 404. Des outils comme Google Search Console pourront vous aider à identifier les liens brisés et, s’ils proviennent de votre propre site et non d’une page externe, il est tout à fait envisageable d’effectuer une redirection 301 vers une autre page.

Néanmoins, vérifiez que le contenu de celle-ci est pertinent et similaire à celui qui n’existe plus. Ainsi, vous êtes certain de pouvoir répondre à la requête de vos visiteurs. Cela vous permettra de préserver votre positionnement dans les moteurs de recherche également. L’autre solution consiste à diriger l’utilisateur vers la page d’accueil de votre site.

Bien sûr, mettre en lumière les liens morts et éradiquer les codes http 404 représente un travail de longue haleine. De plus, cela n’est pas toujours possible d’empêcher l’apparition de ce type de message. Aussi, dans certains cas, mieux vaut se concentrer sur la page d’erreur.

La gestion des codes http par une page d’erreur créative

Nous avons précédemment mentionné la frustration et la déception générées par l’apparition d’un message d’erreur 404.Il est donc vivement recommandé de personnaliser cette page, afin de retrouver la confiance des internautes.

Avec humour, mais également en adoptant un design cohérent avec celui de votre site web, vous pouvez inciter le visiteur à se rendre sur la page d’accueil par exemple, lui faire découvrir la structure de votre site ou tout simplement, l’informer de la nature du problème. Les plugins de votre CMS vous le permettent, alors ne vous en privez pas !

Autres articles intéressants

Attaque DDoS : comment l’expliquer et l’éviter ?

Besoin de plus d'information ?Demandez conseil à nos spécialistes. Contactez notre service commercial